La Paz – Trek Condoriri et Huayna Potosi

La Paz – Trek Condoriri et Huayna Potosi

Nous poursuivons notre tour du monde et notre voyage en Bolivie par La Paz. Notre soif de montagnes et de paysages s’est amplifiée depuis l’Inka Trail au Machu Picchu. Elle sera étanchée par un trek de trois jours autour du Condoriri et du Huayna Potosi dans la Cordillera Real, qui domine la capitale la plus haute du monde.

La Paz

Bolivie - La Paz restaurant indienLe trajet depuis Copacabana sur le Lac Titicaca est marqué par une traversée en barque où les passagers du bus et le bus lui-même embarquent séparément. Nous entrons à La Paz par el Alto à plus de 4000 mètres, sur fond de Cordillère Royale et ses hauts sommets. On descend ensuite littéralement de plusieurs centaines de mètres afin de rejoindre la basse ville.

Après avoir cherché quelques hôtels, on se décide pour celui qui se situe dans le quartier délimité par les rues Illampu, Santa Cruz, Murillo et la fameuse rue commerçante Sagarnaga.

Afin de changer un peu des plats traditionnels, on s’autorise un bon cari indien. On ne tente pas le « World’s Most Dangerous Vindaloo » en référence à la route de la mort « World’s Most Dangerous Road » qui relie La Paz à Coroico dans Las Yungas.

Bolivie - Shopping a la PazLe lendemain, nous visitons les agences à la recherche d’idées de rando autour de la Paz. On s’oriente vers un trek de 3 jours et 2 nuits autour du Condoriri et du Huayna Potosi, avec guide. Le Condoriri doit son nom à ses trois massifs rocheux qui représentent un condor avec ses ailes déployées.

Après un steak d’alpaca pour le déjeuner, Chloé a envie de faire du shopping car La Paz est réputée en Amérique du Sud pour ses choix d’articles traditionnels à prix défiants toute concurrence. C’est une activité dont je me passerais bien, je laisse donc Chloé à la négoce. On s’est au préalable mis d’accord sur le budget, on ne sait jamais… !

Elle revient avec des petits achats sympas, il y a même des accessoires de cuisine bien colorés, lorsque l’on sera (normalement) de retour à Toulouse.

Le Trek du Condoriri et du Huayna Potosi

Petite mise en jambes

Bolivie - Trek autour de la PazLe rendez-vous est matinal devant l’agence rue Sagarnaga. On fait la connaissance de Miguel – Mikael de son vrai prénom allemand, mais comme il sait que c’est imprononçable pour les espagnols, il a un peu adapté, tout comme moi je m’appelle Mourrbine ici.

Le voyage débute par un trajet chaotique, embouteillé puis poussiéreux de 3 heures en taxi jusqu’au village de Tuni à 4400 mètres. Sur la route, il me semble apercevoir un condor dans le ciel, comme un présage des jours qui vont suivre !

C’est là que débute la randonnée, pour environ deux heures de marche avant le déjeuner. Le premier jour est facile car il ne nous faudra que deux heures encore avant d’atteindre le camp. C’est une mule qui a acheminé nos affaires (nourriture, tentes, tapis de sol, sacs de couchage, gaz et ustensiles).

Bolivie - Trek Condoriri Huayna Potosi campingOn plante les tentes au bord d’un lac au pied du Condoriri, il fait froid mais la vue est splendide!

Le refuge, quant à lui, est plutôt sommaire et la pièce qui nous est réservée sert à la fois de cuisine et de chambre pour notre guide Enaro. De plus, la pièce est mal ventilée pour une cuisson au réchaud et sent vite le gaz. La nuit est fraîche et très inconfortable… comme le témoigne Chloé dans cette petite vidéo de bon matin. Cela dit, on découvre les massifs représentant le condor sans aucun nuage !

Le jour le plus long

Bolivie - Pente verticaleOn se met donc en route pour la journée la plus longue du trek et jusqu’à présent, de tout le voyage. On traverse plusieurs passes d’où l’on redescend à chaque fois. L’une des descentes est spectaculaire. Il faut se laisser glisser comme au ski sur une pente rocailleuse de plusieurs centaines de mètres …

Ouf ! on déjeune enfin, j’étais sur le point de croquer mes bâtons. L’après-midi est longue car on ne sait pas vraiment où l’on va, ni quand sera la prochaine pause dans ces espaces immenses. On se sent tellement petits par rapport à la nature. Et nous n’avons croisé personne…Bolivie - Randonnee La Paz

Je commence à sentir une douleur musculaire dans le dos, m’empêchant de respirer normalement. Additionné au mal de tête lié à l’altitude, je rêve d’apercevoir enfin le camp. Heureusement, les paysages font un peu oublier la fatigue et le manque de souffle… Bolivie - Tour du monde

Le temps, bien bleu le matin, commence à virer au gris et l’on entend même gronder l’orage derrière les montagnes. Cependant, bien qu’il nous reste encore une heure de marche avant d’atteindre le campement, Enaro n’a pas l’air du tout inquiet.Bolivie - meteo la Paz

Bolivie - Campement Maria LlocoOn arrive finalement juste avant le coucher du soleil. Nous sommes épuisés. J’ai l’impression d’avoir enchaîné plusieurs Dead Woman’s Pass dans la même journée ! On est les seuls randonneurs cette fois. On plante rapidement les tentes avant un maté de coca bien mérité… et avant la grêle et la neige !

Bolivie - Les boodhoo dans la neigeEn à peine une heure, un épais tapis blanc recouvre la plaine. Demain on va probablement marcher dans la neige car on doit traverser encore une passe autour des 5200 mètres

On dort mieux que la veille malgré le froid – la fatigue nous assomme ! – mais la douleur au dos me réveille fréquemment.

Dehors, c’est tout blanc et gelé, dans la nuit la température dans la tente passe en dessous de zéro. C’est la première fois que nous dormons si haut, à environ 4700 mètres d’altitude.

La récompense

Dernier jour du trek. On est motivés pour aller contempler le Huayna Potosi de près. On a d’abord une nouvelle passe à franchir. Entraîné de la veille, on a moins de mal à grimper, malgré la neige qui fond sous nos pieds.

A plus de 5000 mètres, on profite de la vue sur les deux montagnes alentour, Maria Lloco et le Huayna Potosi.

C’est assez grisant et le ciel, à nouveau bien bleu et plein de jolis nuages, donne un effet spectaculaire aux paysages.

Au loin, Enaro nous indique le lac Titicaca et les pics du Sajama (6542 mètres) – le point culminant de la Bolivie, à la frontière avec le Chili – et le Parinacota. On ne s’attarde pas car, comme dans la plupart des passes, il souffle un vent à geler un caldo de pollo brûlant en deux minutes. Durant la descente, on récupère nos tentes et sacs de couchage laissés par la mule au milieu de nulle part et nous voilà bien chargés pour la dernière heure de marche dans un paysage toujours incroyable avec ses lacs et lagons colorés.

Bolivie - Tumi trek Condoriri Huayna Potosi

Je suis Enaro sans le lâcher d’une semelle alors qu’il est presqu’en train de courir. Il est intéressant de voir comment évolue la relation au fur et à mesure des jours. Au début assez timide et distant, il a commencé à s’ouvrir doucement le premier soir, notamment grâce à Miguel qui est bilingue espagnol. Le deuxième jour, nous avons discuté davantage, de sa culture aymara notamment, des Incas et de leurs liens avec les peuples asiatiques. On a parlé de la montagne et de son parcours professionnel. Avant de devenir guide, il a débuté comme porteur puis assistant cuisinier. Le troisième et dernier jour, c’était finalement une véritable randonnée entre amis !

Enaro a même tenu à participer à un petit speech en aymara sur un de nos films.

 

Nous bouclons finalement la boucle au village de Tuni où le même taxi nous attend. Il est temps de faire nos adieux à Enaro, le coeur un peu serré.

Bolivie - trek petit groupe

Quant à Miguel, nous l’avons retrouvé le soir à La Paz pour partager un dernier repas avant que nos chemins se séparent. Il nous a écrit deux jours plus tard, pour nous dire qu’il était retourné au Huayna Potosi, mais que cette fois il avait tenté avec succès l’ascension des 6088 mètres ! Il a fini par apprendre les quelques mots de français répétés sans cesse par ses compagnons de voyage durant la montée, de nuit, avec crampons et piolets dans la glace : « C’est du suicide, c’est du suicide… ! »

Nous partons le lendemain pour Oruro puis Uyuni, où nous allons retrouver des amies françaises, en vacances au Pérou et en Bolivie. Au programme, un tour dans le Salar d’Uyuni et ses paysages spectaculaires et féériques. Ne manquez pas le prochain article avec encore plus de photos !

Comments

Commentaires

Partagez cet article

7 Comments

  • Comme ça donne envie de grimper, de se dépasser !
    Une question, Mourrbine ( tu m’as bien fait rire ), crois-tu qu’il est indispensable de fixer un budget quand tu laisses Chloé partir faire du shopping ????????????

    • Salut !
      Plus qu’indispensable quand on voit les étoiles dans ses yeux devant les boutiques d’artisanats de La Paz!
      Mais elle a fait de bonnes affaires et c’est plutôt une bonne négociatrice :-)
      Mourrbine

  • Quel voyage merveilleux !!

    • Hello Josselin!
      Encore mieux que quand on l’imaginait lors de la préparation!

  • Vous êtes impressionnants tous les deux. C est avec plaisir que je lis vos aventures. Vos photos sont magnifiques! Merci de me faire rêver et voyager avec vous! Profitez-en bien. Je vous embrasse très fort. Vivement l Argentine!

  • Bonjour,

    On souhaite réaliser le tour du Condoriri demain ou après-demain.
    A tout hasard, vous souvenez-vous du nom de l’agence par laquelle vous étiez passé lors de votre trek ? vous aviez l’air particulièrement content de votre guide…

    Un tout grand merci.

    Gaëlle

    • Bonjour Gaëlle,
      Bien sûr, on a tout noté dans nos carnets de voyage (papier)!
      Nous sommes passés par l’agence Aka Pacha dans la rue Sagarnaga à la Paz. Mais ils font appel à plusieurs guides, donc il n’est pas garanti que tu aies le même.
      Super trek du Condoriri!
      Murvin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *